user_mobilelogo

LANGUAGE:

visithaitiad

petr.jpeg

L’hésitation de l’Assemblée des sénateurs à se prononcer sur le rapport de sa commission spéciale Ethique et Anti-Corruption concernant le fond Petro Caribe laisse le champ libre à de bien mauvaises réflexions.

Entre ici et là, il semble y avoir un jeu au mille transactions et tractations qui visent l’enterrement d’une reddition de compte honnête et crédible sur le fond Petro Caribe.

Dans ce jeu, difficile de reconnaitre les bons grains des ivraies. Entre les accusateurs-accusés et les accusés-accusateurs, il y a pourtant le pays le plus pauvre des Amériques et 18% d’une population en insécurité alimentaire. « O rage ! O Désespoir ! … N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? »

En chiffre exact, 1 milliard 942 millions 666 mille 398 dollars américains ont été utilisés du fond Petro Caribe par les gouvernements haïtiens entre septembre 2008 et septembre 2016, sur la base de 13 résolutions en conseil des ministres.

Dans l’opinion publique, il est pratiquement certain que ce montant n’affiche pas dans le pays des réalisations à la hauteur de sa valeur à cause d’une valse de corruption et de détournement à effet domino, semble-t-il. Personne ne va avouer y avoir les mains sales. Tout le monde est Ponce Pilate dans la foule.

Sachant que la foule est ce qu’elle est, qui est véritablement innocent dans ce qu’elle est ? Peu importe pour l’instant, en attendant un vrai « Procès Petro Caribe » tout le monde est à priori dans la perception présumé coupable : les accusés autant que les accusateurs et le reste.