user_mobilelogo

LANGUAGE:

visithaitiad

guyj.jpg

 

24hres après les actes de violences qui ont saccagés Port-au-Prince, le Chef du Gouvernement s’est adressé à la nation pour largement dénoncer les fauteurs de trouble, annoncer de la rigueur dans les interventions des forces de l’ordre et inviter les victimes à porter plaintes. De ces côtés-là, il a tout dit. Mais à l’angle des paroles essentielles qui pouvaient recalibre l’actualité, le PM était muet. Nulle part dans son discours il n’a fait mention de la loi de finances 2017-2018, le point essentiel, ou le prétexte, de toutes les protestations chimériques.

Suite à cette allocution depuis la Primature, de nombreuses personnalités de la société haïtienne ont réagi de partout, dont l’ancien Premier Ministre Evans Paul. Il a twitté à 12h 51 PM : « Il importe au gouvernement d'éviter toutes maladresses susceptibles de compliquer la situation politique déjà dégénérée ».

Contre le nouveau budget de la république érigé sur l’augmentation faramineuse des taxes, la mobilisation est visiblement sur différents terrains : dans le législatif avec les parlementaires de l’opposition, dans le judiciaire avec les juges, dans la classe politique avec une pléiade de structures et de partis politiques, dans la société civile avec des organisations de droits humains et de socioprofessionnelles…

Pourtant, selon une déclaration faite sur Caraïbes FM, ce mercredi, par Guichard Doré, l’un des conseillers du président de la République, advienne que pourra, la loi en question sera publiée et exécutée.